Manager Général, un métier à part

Prochain événement

29 DécBasket-ball All Star Game LNB 2017

La charcuterie Lavoux partenaire des RTS

Philippe Tardy qui a racheté la Charcuterie de Lavoux, en Haute-Loire, entreprise spécialisée dans la saucisse, le saucisson et les dérivés de porc.

Quel est votre parcours professionnel ?

Philippe Tardy : Le BTS agricole en poche, j’ai fait mes premières armes professionnelles dans l’agriculture, avant de m’orienter vers l’agroalimentaire, sur des fonctions commerciales. Un emploi qui nécessitait beaucoup de déplacements et impliquait une absence importante sur le plan familial. C’est ainsi qu’est née l’envie de changer et de m’installer à mon compte dans le domaine de la charcuterie/salaison.

Une rencontre en 2005, au Salon des métiers de bouche de Lyon a tout accéléré : c’est en effet là que j’ai concrétisé mon projet de reprise avec le propriétaire de la Charcuterie de Lavoux, spécialisée dans la saucisserie, qui avait monté cette affaire en 1999.

Quels étaient les raisons qui vous ont amené à reprendre cette entreprise ?

Philippe Tardy : Je recherchais une entreprise de taille moyenne, ni trop petite, ni trop grande. A l’époque la charcuterie comptait 8 salariés, un magasin à Monistrol-sur-Loire et un camion-magasin pour les marchés.

Elle disposait de matériel récent et d’un personnel compétent. J’ai pu beaucoup compter sur le responsable de production qui est devenu mon associé. Je disposais moi-même d’un portefeuille de clients important, grâce à mon ancien métier. Toutes les conditions étaient réunies.

Comment l’avez-vous développée ?

Philippe Tardy : J’ai privilégié plusieurs axes de développement : redémarrage de l’activité tout d’abord, grâce à une politique de prix (promotions), développement des ventes extérieures vers les professionnels en boucherie-charcuterie sur la Loire et la Haute-Loire, dans la grande distribution (enseignes Leclerc et Casino) et chez les grossistes et enfin, croissance externe, avec la création d’un nouveau magasin à Aurec-sur-Loire en 2011.

Nous sommes aujourd’hui 13 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros. Et puis, j’ai encore des projets : ouverture d’un 3e magasin et développement sur le gros. Pour assurer notre pérennité, il faut de toute façon être perpétuellement en mouvement, innover et se renouveler en permanence.

Quelle est votre plus grande fierté ?

Philippe Tardy : D’avoir recruté ! Et d’être passé en 6 ans de 8 à 13 salariés. Aujourd’hui je dirige une entreprise solide, qui est reconnue pour la qualité de ses produits.

Quels conseils pourriez-vous aujourd’hui donner à un repreneur ?

Philippe Tardy : Il faut croire en son projet, tout en faisant très attention à ce qu’on achète. Etre bien conseillé et disposer d’un minimum d’apport. Je dirai enfin qu’il faut savoir rester raisonnable et prudent, rien n’est jamais acquis !