Manager Général, un métier à part

Prochain événement

29 DécBasket-ball All Star Game LNB 2017

100% basket avec M Sy

« Fédérer un maximum »

Président de l’association « Tous ensemble 13″, le manager fossén Mohamed Sy prépare une grand journée dédiée au handicap.

Manager général du club de Fos-sur-Mer (Pro B), Mohamed Sy continue de s’engager dans la cité phocéenne. Président de l’association « Tous ensemble 13 », le natif de Marseille, qui a grandi à la Castellane, organise une grande manifestation pour sensibiliser les gens au monde du handicap.

A la salle Vallier, le 21 décembre, la journée sera dédiée à ce monde encore trop méconnu du grand public. En partenariat avec l’association « C-entre-athlète » (présidée par Anthony Joubert), un forum emploi, une pièce de théâtre et un match de gala handi-basket seront proposés, entre autres. Le tout parrainé par un exemple en matière de générosité : Ouahid Boustila, joueur émérite qui sévit à Hyères (nouveau président du Handi Sud Basket), communément appelé le « Magic Johnson du basket fauteuil ».

Mohamed Sy, pourquoi avez-vous désiré créer cette association ?

Durant toute ma carrière de joueur, j’ai passé mon temps à faire des missions d’intérêt général. Les écoles, les centres sociaux et d’autres, mais ce qui m’a marqué, ce sont les hôpitaux spécialisés et tout ce qui traitait du handicap. Quand tu sors de là, ça te rend plus humble. Tu rends les gens heureux, en leur redonnant le sourire, et tu comprends qu’on vit dans le même monde. Ça m’a toujours touché. Je me suis dit qu’avec mon association, je pouvais continuer à aider les gens. Ça me plaît bien.

Quels seront les axes de cette première manifestation ?

Ce sera une première journée 100% handi, axée autour de trois thèmes, l’emploi, le sport et la culture. Le matin, il y aura des échanges avec des entreprises, un genre de forum avec des personnes souffrant du handicap qui pourront rencontrer des chefs d’entreprise, avoir un contact, laisser des CV, postuler. On a pas mal d’entreprises qui seront là, comme McDo, Massilia Park, Bec construction ou Gagneraud construction. L’après-midi, il y aura des animations avec le club Handi Sud Basket. On fera un match de gala avec Hyères Handi Basket. Et on finira par une pièce de théâtre, sur le thème du handicap dans le monde du travail, qui s’appelle « le petit fauteuil ». La journée sera parrainée par « Yoyo » Boustila.

Pourquoi avoir choisi « Yoyo » Boustila en parrain ?

C’est un homme au grand cœur, en plus d’être un super basketteur handi. Il est l’exemple type de la personne qui a un handicap, et qui fait tout à 2000 % pour aider les gens. Et nous on veut aussi l’aider. On veut aussi aider le Handi Sud Basket, dont « Yoyo » va désormais occuper le poste de président. On veut qu’il devienne un club handi de référence à Marseille, et qu’il soit le porte parole de tous les gens qui veulent s’épanouir et faire du sport dans cette ville, entourés par des éducateurs très investis.

Que voulez-vous ajouter par rapport au handicap à Marseille ?

Qu’il suffit de pas grand chose pour faire du bien à beaucoup de monde. Ce ne sont pas des budgets mirobolants comme en pro. Mon association est dans le 16e, et la journée se déroulera sur le territoire du 4-5e. Tout ce qu’on veut, c’est fédérer un maximum de gens autour de cet événement. Que tout le monde se dise qu’ensemble, on peut tous faire quelque chose pour aider et améliorer notre vie en communauté dans le 13, et aider souffrant les gens de handicaps en l’occurrence. Mon association participera aussi à l’opération « Basket de Coeur » mise en place par le club de Fos-sur-Mer. Et pour finir, pour l’anecdote, quand j’ai joué avec les membres du Handi Sud Basket, je n’ai jamais autant souffert. Ce sont de vrais athlètes, ils m’ont ridiculisé. Quand j’ai vu un joueur se renverser en fauteuil sur le terrain, j’ai voulu tout de suite l’aider. Mais non, l’idée c’est de le laisser se relever seuls, par ses propres moyens. Au final, ils sont plus autonomes que nous. Moi, si je me renverse avec les jambes attachées à un fauteuil, c’est terminé, je ne me relève plus ! En tout cas je me régale à partager avec eux. C’est toujours un grand bol d’oxygène quand je suis à leurs côtés.

Propos recueillis par Romain DAVESNE